SRB de Québec

Une ville attrayante

Québec est une ville reconnue pour son dynamisme et la qualité de vie qu’on y retrouve. L’augmentation de la population, des ménages et des emplois est la preuve que la région est en pleine croissance. Par contre, cette croissance doit être accompagnée d’outils de consolidation et de développement urbain efficaces pour préserver la qualité de vie.

Le SRB était un de ces outils. En plus d’être un service de transport en commun performant et moderne, il poursuivait des objectifs sur le plan du développement urbain :

Attirer

Attirer une partie de la croissance à l’intérieur du corridor prévu dans le but de consolider le tissu urbain. D’ici 2041, 36 % des nouveaux logements de haute densité et 32 % des nouveaux emplois créés auraient été situés dans le corridor immédiat du SRB.

Relier

Relier les principaux pôles d’activité, comme la colline Parlementaire, les institutions d’enseignement supérieur publiques, certains des grands hôpitaux de la région, les principales places d’affaires et les secteurs à consolider ou à requalifier.

Requalifier

Requalifier l'axe du boulevard Charest de manière à mieux distribuer le développement à l’intérieur du corridor.

Boulevard Charest

La requalification de l’axe Charest, entre la rue Nérée-Tremblay et la rue Marie-de-l’Incarnation, aurait entraîné la venue de 7 450 emplois et de 6 650 logements dans ce secteur d’ici 2041. L’implantation du SRB aurait donné l’impulsion nécessaire à la création d’un quartier urbain autour du boulevard Charest.

Sa situation géographique fait en sorte que ce secteur se retrouve non loin de secteurs déjà forts dynamiques, tels que les pôles d’éducation supérieure (Université Laval, trois cégeps), les secteurs commerciaux et institutionnels du boulevard Laurier, la colline Parlementaire et le quartier Saint-Roch; avec le SRB, il aurait été relié en quelques minutes tous ces pôles d’activités.

Le boulevard Charest actuellement Le boulevard Charest en 2022

Pôles d’échange

Les pôles d’échanges étaient des stations majeures, situés à des points stratégiques, qui auraient permis un maillage rapide et efficace avec les réseaux de transport en commun et les modes de transport actif.

Les plus importants étaient ceux de Saint-Roch, D’Estimauville et Sainte-Foy Ouest.

Un développement intégré était préconisé dans ces pôles d’échanges. Selon cette approche, les infrastructures d’accueil pour le transport en commun étaient incorporées à d’autres fonctions (bureaux, commerces, cafés, résidences) dans un projet bien intégré dans son environnement. Leur conception et leur modèle d’affaires auraient fait appel à l’innovation et aux partenariats avec l’entreprise privée.